Archiv für die Kategorie ‘Elfenbeinküste’

Une femme née en 1987, originaire du canton de Vaud domiciliée à Nyon a été appréhendée pour infractions à la Loi sur les stupéfiants et un homme, né en 1992, originaire de Côte d’Ivoire, sans domicile fixe, a été appréhendé pour infractions à la Loi sur les stupéfiants et à la Loi sur les étrangers ainsi que pour empêchement d’accomplir un acte officiel.

Mercredi 9 octobre 2013, vers 16h30, une patrouille est intervenue auprès d’un groupe de quatre personnes (une femme et trois hommes) qui faisait des allers-retours dans le parc de Vermont. À la vue des uniformes, l’intéressé s’est éloigné et a tenté de se soustraire au contrôle de police. Pendant ce temps, les autres personnes sont restées assises sur un banc. Une fois l’intéressé interpellé, il a été ramené auprès des autres protagonistes afin d’éclaircir la situation.

D’emblée, la femme et les deux autres hommes ont reconnu qu’ils venaient d’acheter au prévenu trois boulettes de cocaïne pour la somme de CHF 190.- et EURO 50.- et qu’ils les avaient lancées dans l’herbe derrière le banc où ils étaient assis. Au vu de ce qui précède, un chien de police a effectué une recherche de stupéfiants qui a abouti à la trouvaille des trois boulettes de cocaïne, ainsi que trois sachets d’héroïne cachés à proximité du banc dans un arbuste. Au sujet des trois sachets d’héroïne, il y a lieu de préciser que lors de l’interpellation des individus, une passante a expliqué que la femme s’était débarrassée d’un objet dans l’arbuste où les sachets d’héroïne ont été trouvés.

Dès lors, ces quatre personnes ont été emmenées au poste de police de la Servette pour la suite de la procédure.

Dans leurs déclarations, les deux prévenus reconnaissent les faits et ont été mis à disposition du Ministère public.

Quelle: kapoGE

(Symbolbild)

(Symbolbild)

Ein heute 33-jähriger Ivorer, der im Herbst 2010 in Biel eine Prostituierte brutal umbrachte und zwei andere vergewaltigte oder zu vergewaltigen versuchte, wird lebenslänglich verwahrt.

Das Berner Obergericht hat in dieser Hinsicht das erstinstanzliche Urteil bestätigt. Der vorsitzende Richter der zweiten Strafkammer sagte am Donnerstag bei der Urteilsbegründung, alle Bedingungen für eine solche Massnahme seien gegeben.

So bestehe laut zwei Experten nicht nur ein sehr hohes Risiko, dass der Mann erneut straffällig werde. Ein Experte habe gar gesagt, dass sei quasi sicher.

Nicht therapierbar

Der Mann werden von den Gutachtern auch als dauerhaft nicht therapierbar eingestuft. Diese hatten den Mann als «Psychopath», als «sehr kalt» und Mensch ohne Einfühlungsvermögen bezeichnet.

Korrigiert wurde vom bernischen Obergericht hingegen die Dauer der Freiheitsstrafe, welche das Regionalgericht Berner Jura-Seeland im Juli 2012 ausgesprochen hatte. Dieses verhängte damals eine lebenslängliche Freiheitsstrafe. Die zweite Instanz sprach nun eine 20-jährige Strafe aus.

Die erste Instanz habe eine Bedingung ausser Acht gelassen, welche das Bundesgericht fürs Verhängen von lebenslänglichen Strafen formuliert habe, sagte der vorsitzende Richter.

Kehle durchgeschnitten

Getötet wurde im Herbst 2010 in ihrem Studio eine damals 45-jährige Brasilianerin. Der Ivorer suchte die Frau spät in der Nacht auf, bedrohte sie mit einem Messer, stach auf sie ein und würgte sie. Dann schnitt er ihr mit dem Messer die Kehle durch, bevor er alles zusammenraffte, was ihm von Wert schien.

Nach seiner Tag fuhr er – «in aller Ruhe», wie der vorsitzende Richter am Donnerstag sagte – mit dem Zug zu seiner Freundin und gab ihr einen Teil der Beute.

Die Brasilianerin hatte zum Zeitpunkt der Tat schon beschlossen, ihre Tätigkeit als Prostituierte aufzugeben und in ihre Heimat zurückzukehren. Sie hinterlässt zwei Kinder.

Quelle: blick

(Symbolbild) - Paul-Georg Meister  / pixelio.de

(Symbolbild) – Paul-Georg Meister / pixelio.de

Un homme né en 1986, originaire de Côte d’Ivoire, sans domicile fixe, a été appréhendé pour infraction à la Loi sur les étrangers, vol, violation de domicile et dommages à la propriété.

Dimanche 1er septembre 2013, aux alentours de 06h10, au sentier des Falaises, un pêcheur amateur a aperçu un homme qui jetait à plusieurs reprises une caisse au sol dans le but de l’ouvrir. Lorsque les policiers ont interpellé l’individu, il se remplissait les poches de plusieurs centaines de pièces de monnaie et billets de collection provenant de pays différents. A proximité, se trouvait une sacoche contenant deux ordinateurs. Il avait également un tournevis dans sa poche.

Durant l’enquête, les agents ont retrouvé une carte de visite du commerce incriminé, lequel se trouve au quai du Seujet. Dans ce commerce, les agents ont découvert la porte d’entrée fracturée et ouverte, les locaux avaient été fouillés.

Il ne reconnaît pas les faits qui lui sont reprochés. Il a précisé qu’il a vu un homme jeter les objets qu’il avait en sa possession.

Vu ce qui précède, l’intéressé a été mis à disposition du Ministère public.

 Quelle: kapoGE

Kokain - (Symbolbild)

Kokain – (Symbolbild)

Kantonspolizisten haben am Donnerstag (16.5.2013) im Flughafen einen Mann verhaftet. Er führte rund 500 Gramm Kokain in seinem Magen-Darmtrakt mit sich.

Der 27-jährige Ivorer reiste von Nairobi nach Zürich und beabsichtigte nach Kopenhagen weiterzureisen. Im Transitbereich wurde er durch Kantonspolizisten einer Routinekontrolle unterzogen. Dabei ergab sich der Verdacht, dass es sich bei ihm um einen sogenannten Bodypacker handeln könnte. Die weiteren Abklärungen zeigten, dass der Mann Fingerlinge mit einem Gesamtgewicht von rund 500 Gramm Kokain geschluckt hatte.

Quelle: kapoZH

(Symbolbild) - manwalk  / pixelio.de

(Symbolbild) – manwalk / pixelio.de

Un homme, né en 1993, originaire de Côte d’Ivoire, domicilié en Thurgovie, a été appréhendé pour infractions à la Loi sur les stupéfiants

Vendredi 10 mai 2013 peu après 15h00, une patrouille a contrôlé un individu qui cheminait le long de la rue Édouard-ROD, en direction de la route de Meyrin. A la vue des policiers, l’individu a mis quelque chose dans sa bouche et l’a avalé avant de pouvoir être interpellé. Lors du contrôle, le prévenu tenait dans sa main gauche un sachet contenant de la marijuana. Du fait qu’il était démuni de papiers d’identité, l’intéressé a été conduit au poste, où l’outil informatique a permis de confirmer son identité.

Lors de la fouille de ses effets personnel, deux téléphones portables et la somme de CHF 122,95.- ont été découverts. Il sied de préciser que durant le transport de l’intéressé, un de ses téléphones a sonné. L’appelante,  qui a donné son nom aux policiers a été convoquée au poste. L’examen dudit appareil, a notamment permis d’identifier un second „client“ qui a également été convoqué pour audition.

La première acheteuse reconnaît avoir appelé le numéro du prévenu afin de se faire offrir une boulette de cocaïne et confirme que ce numéro de téléphone appartient à un dealer. Elle reconnaît lui avoir déjà acheté de la cocaïne.

Le second client reconnaît formellement le prévenu comme étant son dealer et confirme lui avoir acheté de la marijuana en date du 7 mai 2013 pour la somme de CHF 100.-. Il explique lui acheter de la marijuana depuis environ 8 mois en le contactant par téléphone.

Ce dealer lui a proposé à plusieurs reprises de la cocaïne. En 8 mois, il estime lui avoir acheté de la marijuana pour un totale de CHF 3’200.-.

Le prévenu reconnaît avoir acheté de la marijuana, ce jour, contre la somme de CHF 40.– mais conteste s’adonner au trafic de produits stupéfiants. Il affirme ne pas connaître les deux acheteurs, le mettant formellement en cause.

Quelle: kapoGE

(Symbolbild) - Paul-Georg Meister  / pixelio.de

(Symbolbild) – Paul-Georg Meister / pixelio.de

Un homme né en 1994, originaire de Côte d’Ivoire, sans domicile fixe, et une femme, née en 1971, originaire du Mali, domiciliée à Genève, ont été appréhendés pour vol à l’étalage, dommages à la propriété et violation de domicile et en sus, pour l’homme, infractions à la Loi sur étrangers.

Samedi 13 avril 2013, à la demande du service de sécurité, des policiers intervenaient dans un grand magasin de la rue de Cornavin  pour deux personnes qui venaient de commettre un vol à l’étalage.

Le visionnement des bandes vidéo fait apparaître que la femme s’introduisait dans une cabine d’essayage et que son complice lui apportait des habits, lesquels ont été dissimulés dans un sac en tissu. Par la suite, le couple est sorti du magasin où il a été interpellé.

Le montant du préjudice s’élève à CHF 1’929.-, auquel il faut rajouter un vêtement abîmé lors de la tentative de vol, d’un montant de CHF 199.-, qui a été laissé dans les rayons, soit un total final de CHF 2’128.-. L’intégralité des habits a été restituée au magasin et une plainte a été déposée contre les deux protagonistes par la responsable de la sécurité.

Concernant l’homme, une interdiction d’entrée dans le magasin lui avait déjà été notifiée le 18 décembre 2012 pour une durée de 3 ans. De plus, lors des contrôles d’usage, il s’est avéré qu’il se trouve en infractions sur notre territoire à la Loi sur les étrangers. Entendu, il admet s’être rendu dans le magasin en compagnie de sa complice pour y commettre des vols et avoir arraché les antivols des vêtements. Il dit savoir être sous interdiction d’entrée dans le magasin et se trouver en infraction à la Loi sur les étrangers.

Quant à la femme, malgré les preuves vidéo et la mise en cause de son comparse, elle explique s’être rendue seule dans le magasin où elle y a croisé un couple d’amis. Elle dit que l’homme a volé de la marchandise mais qu’elle n’a rien à voir avec ses actes.

Vu ce qui précède, les intéressés ont été mis à disposition du Ministère public.

Quelle: kapoGE

(Symbolbild) - Rike  : pixelio.de

(Symbolbild) – Rike : pixelio.de

Deux hommes, nés en 1992 et 1989, originaires de France et de Côte-d’Ivoire, domiciliés à Chambéry/France et à Paris/France, ont été appréhendés pour vol, violation de domicile, dommages à la propriété et infractions à la Loi sur les étrangers. 

Le samedi 23 mars 2013, au milieu de la nuit, des agents de sécurité d’une société privée faisaient appel à la police car ils avaient interpellé deux individus pris en flagrant délit de cambriolage d’un commerce situé à la route de Thonon à Vésenaz. Précisons que l’intervention de ces deux agents était due au fait que l’alarme du commerce s’était enclenchée.

Le premier agent de sécurité est tombé nez à nez dans le commerce avec cinq individus, lesquels tenaient chacun un sac poubelle de 110 litres qui vraisemblablement étaient bien remplis. Les cinq personnes se sont empressées de prendre la fuite à l’extérieur du magasin, poursuivis par le premier agent de sécurité. Un de ses collègues qui arrivait à ce moment devant le commerce, a pu voir trois des cinq cambrioleurs s’échapper en tenant toujours leur précieux butin. Il est parvenu à interpeller le premier et ensuite, avec l’aide de son collègue, à maîtriser le deuxième fuyard.

Les policiers qui arrivaient sur les lieux ont procédé à des recherches afin d’interpeller les trois cambrioleurs ayant réussi à prendre la fuite, sans succès. Les deux personnes interpellées ont été conduites au poste de police afin d’y être entendues.

En résumé, ils reconnaissent tous deux les faits reprochés à savoir être entrés par effraction dans le magasin, avoir pillé les rayons des habits de marques et avoir pris la fuite à la vue des agents de sécurité. Pour le surplus, les intéressés étaient démunis de pièce d’identité.

Le butin qui a été récupéré était constitué en majorité de vêtements de marques, pour un montant de plusieurs milliers de francs. Un responsable de ce commerce a repris possession des articles et a déposé plainte contre les cinq cambrioleurs.

L’enquête se poursuit afin de d’identifier et d’interpeller le solde des cambrioleurs, soit les trois individus ayant réussi à fuir.  

Vu ce qui précède, les intéressés ont été mis à disposition du Ministère public.

Quelle: kapoGE

Kokain - (Symbolbild)

Kokain – (Symbolbild)

Un homme, né en 1994, originaire de Côte d’Ivoire, domicilié à Carouge, a été appréhendé pour infractions à la Loi sur les stupéfiants.

Lundi 18 mars 2013 peu avant 17h00, une patrouille à la rue de l’Ancien-Port a remarqué deux individus qui se sont remis un billet de CHF 100.- avant de se rendre dans une petite cour intérieure. Suite à cela, ces derniers ont été interpellés. L’acheteur a immédiatement remis aux policiers la boulette de cocaïne qu’il détenait et a formellement désigné le deuxième individu comme étant le dealer qui lui a vendu ladite cocaïne. Le dealer, soit le prévenu, a laissé tomber au sol deux boulettes de cocaïne pour un poids total brut de 1,5 g. Les deux intéressés ont été conduits au poste pour la suite de la procédure.

Lors de la fouille le prévenu a tenté de soustraire aux policiers 2,3 grammes supplémentaires de cocaïne qu’il cachait dans ses sous-vêtements. Une perquisition a été effectuée à son domicile, où ont été retrouvés, des sachets plastiques pouvant servir au conditionnement de la cocaïne, € 1315.- et CHF 3070.-.

Dans sa déclaration, l’acheteur dit être consommateur de cocaïne depuis deux mois et reconnaît avoir déjà dépensé CHF 300.- pour sa consommation. Il explique avoir rencontré le prévenu il y a quelques semaines à la place de la Navigation, lequel lui a remis un numéro de téléphone pour le joindre. Il affirme l’avoir contacté pour la première le jour-même pour lui acheter de la cocaïne.

Le prévenu déclare être consommateur de marijuana depuis environ trois mois et reconnaît que la drogue qu’il détenait sur lui appartient. Il avait l’intention d’en faire cadeau à son amie. Il nie avoir vendu  de la cocaïne le lundi 18 mars 2013, peu avant son interpellation et ne comprend pas pourquoi il est mis en cause pour une vente de cocaïne. Il nie également avoir laissé tomber deux boulettes de cocaïne au sol peu avant son interpellation. Quant aux sommes d’argent, le prévenu affirme qu’elle proviennent de prestations sociales.

Vu ce qui précède, l’intéressé a été mis à disposition du Ministère public.

Quelle: kapoGE

Die Kantonspolizei führte am Dienstagmorgen Kontrollen in den Asylzentren in Balm bei Günsberg und Wangen bei Olten durch. Mehrere Personen werden angezeigt, fünf Asylbewerber wurden festgenommen.

(Symbolbild) - Rike  : pixelio.de

(Symbolbild) – Rike : pixelio.de

Am frühen Dienstagmorgen, 12. Februar 2013, haben Angehörige der Kantonspolizei Solothurn in Zusammenarbeit mit dem MISA das Asylzentrum in Balm bei Günsberg eingehend kontrolliert. Überprüft wurden 46 anwesende Asylbewerber sowie deren Unterkünfte. Anlässlich dieser Kontrolle konnten Betäubungsmittel (Kokain und Marihuana sowie Streckmittel), Bargeld, zwei Natels und ein Fotoapparat sichergestellt werden. Die Herkunft dieser Gegenstände muss noch abgeklärt werden. Fünf Personen werden wegen Widerhandlungen gegen das Betäubungsmittelgesetz verzeigt. Fünf Männer aus Ägypten, Tunesien, Algerien, Guinea und Gambia wurden vorläufig festgenommen.

Gleichentags wurde auch das Asylzentrum in Wangen bei Olten kontrolliert. Die drei anwesenden Asylbewerber und deren Unterkunft wurden überprüft. Die Kantonspolizei stellte drei Natels sowie Bargeld sicher. Ein Ivorer sowie ein Mann aus Guinea werden wegen Hehlerei bzw. Nichtanzeigen eines Fundes angezeigt.

Quelle: kapoSO

Ein 29-jähriger Mann ist im Intercity von Lausanne nach St. Gallen in Grenchen mit 12’800 Franken Falschgeld erwischt worden. Bei den gefälschten 50er-, 100er- und 200er-Scheinen handelt es sich laut der Grenzwache um «qualitativ gute Farbkopien».

(Symbolbild)

(Symbolbild)

Die Sicherheitselemente seien nachgeahmt worden, teilte die Schweizer Grenzwache am Montag mit. Die gefälschten Banknoten wurden sichergestellt. Der abgewiesene Asylbewerber aus der Elfenbeinküste wurde der KantonspolizeiSolothurn übergeben.

Gegen ihn liefen bereits Ermittlungen im Kanton Freiburg. Bei der Zugkontrolle Anfang November trug der Mann zudem einen Tränengas-Spray auf sich, der gemäss Schweizer Waffengesetz verboten ist.

Quelle: blick.ch

Un homme, né en 1988, originaire de Côte d’Ivoire, domicilié à Genève, a été appréhendé pour vol, violation de domicile, pour infractions à la Loi sur les stupéfiants et à la Loi sur les étrangers

(Symbolbild) – Paul-Georg Meister / pixelio.de

Mercredi 10 octobre vers 13h30, une patrouille est intervenu dans un grand magasin de la rue de Cornavin, où les agents de sécurité venait d’interpeller un individu ayant commis un vol et faisant l’objet d’une interdiction d’entrée du commerce. Les agents ont signalé aux policiers que le voleur avait déjà volé quelques heures auparavant et n’avait pas pu être attrapé.

Dans un premier temps sur place, le prévenu a déclaré n’avoir rien volé le matin en question. Une plainte pour vol a été déposée. L’intéressé a été emmené au poste des Pâquis afin d’effectuer les contrôles d’usage. Suite à la perquisition effectuée dans sa chambre de foyer, trois paires de jeans avec les étiquettes de prix et les antivols ont été retrouvés. Questionné au sujet de cette trouvaille, il a avoué que la marchandise provenait bien d’un vol commis le matin-même dans ledit commerce.

A la question dans quel but il avait volé autant de pantalons, il a répondu qu’après en avoir gardé une paire il comptait échanger les autres contre de la drogue. Il a également avoué voler quand il n’a plus assez d’argent pour se procurer de la drogue.

Concernant sa situation en Suisse, il n’est plus au bénéfice d’un livret pour requérant d’asile depuis le 20.09.2012. Il est donc en situation irrégulière en Suisse.

Vu ce qui précède, l’intéressé a été mis à disposition du Ministère public.

Quelle: kapoGE

Die Kantonspolizei Zürich hat am Dienstagnachmittag (9.10.2012) in Dietikon und Fahrweid (Gemeinde Weiningen) sechs mutmassliche Drogendealer festgenommen und 30 Gramm Kokain, eine noch nicht identifizierte drogenähnliche Substanz sowie 2‘800 Franken Bargeld sichergestellt.

Vargo vom Wolfsgraben – Bild KAPO Zürich

Kurz vor 16.00 Uhr entschlossen sich Fahnder der Kantonspolizei Zürich zwei Schwarzafrikaner zu kontrollieren, die ihnen aufgefallen waren. Noch bevor es dazu kam, ergriffen die Männer die Flucht. Einer konnte nach wenigen Metern eingeholt und überwältigt werden; 30 Gramm Kokain förderte die Kontrolle zutage. Wenig später gelang es den Fahndern auch den zweiten Flüchtigen einzuholen und zu arretieren; er trug knapp 600 Franken Bargeld in drogenhandelsüblicher Stückelung auf sich. Die beiden 18- und 19-Jährigen wiesen sich mit portugiesischen Identitätskarten aus. Polizeiliche Ermittlungen zeigten, dass die mutmasslichen Dealer unter anderen Namen als abgewiesene Asylbewerber aus Guinea sowie als Betäubungsmittelhändler polizeilich bestens bekannt sind. Eine eingehende Überprüfung der portugiesischen Dokumente im Urkundenlabor des Forensischen Instituts Zürich ergab, dass diese keine Fälschungsmerkmale aufweisen. Die neu erworbene Staatsbürgerschaft und Identität erlaubt es dem jüngeren, sich als Tourist in unserem Land aufzuhalten; der ältere erlangte dadurch eine Aufenthaltsbewilligung B für die Schweiz.

Im Zuge der Hausdurchsuchung am Logisort des 19-Jährigen trafen die Fahnder auf drei weitere Männer aus Afrika und einen aus der Karibik. Sie sind im Alter zwischen 20 und 38 Jahren und stammen aus Kamerun, Ruanda, der Elfenbeinküste und Haiti. Als abgewiesener Asylbewerber, Tourist oder Niedergelassener halten sie sich in der Schweiz auf. Wegen des dringenden Verdachts, ebenfalls im Drogenhandel tätig zu sein, wurden sie festgenommen. Der beigezogene Drogenspürhund „Vargo vom Wolfsgraben“ erschnüffelte in einem Versteck eine noch nicht identifizierte drogenähnliche Substanz. Entsprechende Abklärungen zum Inhalt der gelartigen Masse sind beim Forensischen Institut Zürich im Gange. Weiter konnten 2‘200 Franken in drogenhandelsüblicher Stückelung sichergestellt werden.

Mit Ausnahme des Kameruners, sind sämtliche Festgenommenen wegen verschiedener Delikte bereits mehrfach aktenkundig. Die beiden Portugiesen werden im Anschluss an die polizeiliche Sachbearbeitung der zuständigen Staatsanwaltschaft zugeführt. Beim abgewiesenen Asylbewerber aus Ruanda ergaben polizeiliche Ermittlungen, dass er wegen Verstosses gegen das Ausländerrecht gültig zur Verhaftung (90 Tage) ausgeschrieben ist. Zwischenzeitlich weist sich der Gesuchte unter anderem Namen als Guineaer mit portugiesischem Aufenthaltstitel aus. Er wird der zuständigen Behörde zur Hafterstehung zugeführt. Die restlichen drei Männer wurden nach Rücksprache mit der zuständigen Staatsanwaltschaft auf freien Fuss gesetzt.

Kantonspolizei Zürich 
Mediendienst / Tel. 044 247 36 36
Esther Surber

Quelle: kapoZH

Am Samstagabend wurden beim Europa-Platz in Luzern zwei Männer bei einer Auseinandersetzung verletzt. Die Luzerner Polizei sucht Zeugen. 

(Symbolbild)

Der Vorfall ereignete sich am Samstag, 29. September 2012 um ca. 22.30 Uhr beim Europa-Platz in Luzern. Bei einer Auseinandersetzung zwischen zwei Gruppierungen wurden zwei Männer verletzt. Die verletzten Männer stammen aus Angola resp. der Elfenbeinküste und wurden mit dem Rettungsdienst 144 ins Luzerner Spital gebracht. Gemäss ersten Zeugenaussagen handelte es sich um eine Auseinandersetzung zwischen zwei ausländischen Gruppierungen.

Die Luzerner Polizei sucht Personen, welche Angaben zum Vorfall machen können oder diesen beobachtet haben. Angaben und Hinweise bitte direkt an Tel. 041 248 81 17.

Die Untersuchung führt die Staatsanwaltschaft Luzern.

Quelle: kapoLU

Un homme né en 1988, originaire de Côte d’Ivoire, sans domicile connu, a été appréhendé en tant qu’usager de la route ayant enfreint divers articles de la Loi sur la circulation routière et ayant circulé en état d’ébriété présumée.

(Symbolbild) – RainerSturm / pixelio.de

Venant du quai Général-Guisan, un automobiliste en état d’ébriété, circulait sur le pont du Mont-Blanc en direction des Pâquis. Parvenu au milieu du pont précité, inattentif, il est entré en collision avec une voiture qui se trouvait à l’arrêt pour les besoins de la circulation. Suite au heurt, cette dernière voiture contre une autre auto également à l’arrêt.

Lors de cet accident, la conductrice du second véhicule a été légèrement blessée et emmenée par une ambulance à l’hôpital cantonal.

Lors des contrôles sur place, il est apparu que le prévenu présentait des signes d’ébriété.

Sur les lieux de l’accident, il s’est légitimé au moyen d’une pièce d’identité portugaise et d’un permis de conduire de la Guinée-Bissau à un autre nom. Il a maintenu cette identité durant son audition afin d’induire les policiers en erreur.

Un contrôle plus poussé a révélé la véritable identité de l’automobiliste, lequel est connu des services de police. De plus, il fait l’objet d’un mandat d’arrêt genevois suite à un jugement de la cour correctionnelle.

Vu ce qui précède, l’intéressé a été mis à disposition du Ministère public.

Quelle: kapoGE

Un homme, né en 1985, originaire de Côte d’Ivoire, sans domicile fixe, a été appréhendé pour empêchement d’accomplir un acte officiel, pour infractions à la Loi sur les étrangers et à la Loi sur les stupéfiants.

(Symbolbild) – Thommy Weiss / pixelio.de

Jeudi 30 août 2012, vers 22h30, une patrouille motorisée à la rue de la Coulouvrenière a fait fuir trois individus en direction du boulevard Georges-Favon. Les policiers se sont lancés à leur poursuite et ont pu intercepter un des individus, le prévenu. La force a dû être utilisée pour le maîtriser. Il est à noter que l’individu tenait un sachet de marijuana (2.7 grammes) dans sa main droite lorsqu’il a été menotté. L’intéressé, démuni de papier d’identité, a été conduit dans les locaux de la brigade de sécurité publique. Identifié par l’informatique, il est apparu que le prévenu fait l’objet d’une interdiction d’entrée en Suisse valable du 03.07.2009 au 02.07.2014.

L’intéressé reconnaît avoir pris la fuite à la vue de la police car il avait peur et s’être débattu afin de ne pas être interpellé, étant au courant de l’interdiction d’entrée en Suisse le concernant. Il affirme que la drogue trouvée en sa possession est dévolue à sa consommation personnelle. Il dit séjourner illégalement en Suisse depuis 2008.

Vu ce qui précède, l’intéressé a été mis à disposition du Ministère public.

Quelle: kapoGE

Un homme né en 1985, originaire de Côte d’Ivoire, domicilié à Vernier, a été appréhendé pour infractions à la loi sur les stupéfiants et sur les étrangers, recel.

(Symbolbild) – Paul-Georg Meister / pixelio.de

Le 14 août 2012 vers 17h45, des gendarmes ont procédé au contrôle de l’intéressé. Il est apparu que l’homme fait l’objet d’une interdiction d’entrée en Suisse valable jusqu’au 02.07.2014. Lors de la fouille de sécurité, les policiers ont découvert 4 sachets de marijuana (12 grammes bruts) et un lecteur MP3 qui n’appartient pas au prévenu. L’homme a donc été conduit au poste de police.

Auditionné, le prévenu dit avoir connaissance de l’interdiction d’entrée notifiée et que la drogue découverte sur lui n’est pas destinée à la vente, mais pour sa consommation personnelle. Il précise encore que le lecteur MP3 découvert sur lui a été donné par un ami dont il ne connait plus le nom. Cependant, le propriétaire du lecteur MP3 a déclaré s’être fait agresser et se l’être fait voler lors d’un brigandage qui a eu lieu à la rue de la Synagogue. Une plainte a été déposée.

Vu ce qui précède, l’intéressé a été mis à disposition du Ministère public.

Quelle: kapoGE

Am Mittwochabend, den 23.05.2012, führte die Stadtpolizei zwischen 2145 bis 22.50 Uhr in der Umgebung des Hauptbahnhofes Personenkontrollen durch. Dabei wurden insgesamt fünf Asylbewerber kontrolliert und zwecks Abklärungen nach der Hauptwache verbracht, erläutert die Stapo St. Gallen:

Durchwegs tätigten die Personen während der Anhaltung mehrfach heftige Schluckbewegungen. Erfahrungsgemäß verschlucken sie dabei die im Mund mitgetragenen Kügelchen. Danach konnten sie keinen plausiblen Grund für ihren Aufenthalt in St.Gallen nennen.

Die Männer stammen aus den Ländern Nigeria, Elfenbeinküste, Ghana und Niger. Alle Angehaltenen sind in Asylzentren außerhalb des Kantons St.Gallen untergebracht. Gegen diese Personen wurde eine Wegweisung ausgesprochen

Ein nigerianischer Asylbewerber spuckte anlässlich der Kontrolle zwei Kügelchen Kokain auf den Boden. Offensichtlich waren diese Kügelchen für den Straßenverkauf bestimmt. Darum wird sich der 32-jährige Mann vor der zuständigen Amtsstelle verantworten müssen.
Quelle: polizeibericht