GE: ILS SONT INTERPELLES PEU APRES LEUR MEFAIT

Veröffentlicht: 13. November 2012 in + Artikel in den Kantonen, + Artikel mit Gefangenen, + Ausländische Herkunft, + Begangene Delikte, Algerien, GE, Illegaler Aufenthalt, Taschendieb
Schlagwörter:, ,

Trois hommes, nés en 1993, 1991 et 1981, originaires d’Algérie, sans domicile fixe, ont été appréhendés pour vol, empêchement d’accomplir un acte officiel et pour infractions à la Loi sur les étrangers

Lundi 12 novembre aux alentours de 2200, une patrouille, à la rue de Chantepoulet a entendu une femme qui hurlait, en anglais, qu’on venait de lui dérober son sac. En effet, la victime courait avec peine sur la rue Paul-Bouchet, en direction de la rue Rousseau, derrière ses voleurs. Après une rapide diffusion aux autres patrouilles, les agents ont pris la direction de la place Saint-Gervais, où ils ont aperçu trois hommes marchant d’un pas rapide, en direction de la rue des Moulins. Ces derniers se retournaient systématiquement pour être sûrs de ne pas être suivis. A la vue des uniformes, deux d’entre eux ont immédiatement pris la fuite en courant en direction de la place de Bel-Air. Le troisième n’a pas eu le temps de suivre ses complices et a pu être interpellé, non sans mal, à la rue des Moulins, hauteur quai Turretini. Les deux premiers voleurs ont été appréhendés quelques temps plus tard. Dans leur fuite, ils se sont débarrassés du sac volé, qui a pu être récupéré sur le pont de l’Ile.

Les trois interpellés ont été emmenés au poste des Pâquis.

La victime explique dans sa plainte qu’elle est arrivée à la gare Cornavin, en train, à 20h27, en provenance de Paris. En compagnie de sa sœur et de son mari, elle a marché en direction de son véhicule, qui était stationné à la rue du Mont-Blanc, devant l’établissement public le WILLI’S. Durant ce trajet, trois individus l’ont suivie. L’un d’entre eux lui a alors craché dans le dos alors qu’un deuxième l’a abordée et lui a dit, en anglais, qu’il y avait de la saleté sur son dos. Elle n’a pas répliqué. Une fois installée dans le véhicule, l’un des individus a tapé sur la fenêtre avant gauche, prétextant qu’il y avait un chat sous les roues et qu’il ne fallait par conséquent pas démarrer. Au même instant, le troisième individu en a profité pour ouvrir la portière arrière droite, lui voler son sac à main et prendre la fuite.

Le premier prévenu reconnaît avoir ouvert la portière de la victime et y avoir dérobé son sac à main et confirme que ses comparses se sont chargés de détourner l’attention de la victime. L’intéressé fait l’objet d’une interdiction d’entrée en Suisse, valable du 12.11.2012, jusqu’au 11.11.2017.

Le deuxième prévenu ne parlant pas le français, il a été fait appel à une traductrice. Après que la traduction de ses droits lui ait été faite, sur un ton arrogant l’intéressé a indiqué être fatigué et de ce fait, ne pas vouloir s’exprimer sur les faits qui lui sont reprochés.

Le troisième prévenu s’est également refusé à toute déclaration et n’a signé aucun document relatif à la procédure.

Vu ce qui précède, les intéressés ont été mis à disposition du Ministère public.

Quelle: kapoGE

Die Kommentarfunktion ist geschlossen.