Un homme né en 1964, originaire d’Algérie, domicilié en France, a été appréhendé pour voies de fait, menaces, contrainte, conduite d’un véhicule en état d’ébriété et violation grave de la circulation routière.

Le dimanche 19 août 2012 à 08h30, la centrale d’engagement de la police demandait l’intervention d’une patrouille à l’avenue Soret, sur la voie publique, pour un couple qui venait de se disputer selon le requérant, lequel a été témoin de la scène.

Sur place, les policiers ont été mis en présence dudit couple. Leur véhicule était stationné sur une case bleue lequel a attiré l’attention des agents car celui-ci présentait une carrosserie totalement endommagée et les deux pneus gauches étaient crevés. Au vu de l’état de ce dernier, une dépanneuse a été requise.

Selon le témoin, il a vu un homme frapper une femme et lui tirer les cheveux. Il a tenté de calmer la situation en allant boire un café avec le couple. Toutefois, au vu du comportement de l’homme, il a appelé la police après avoir été faire un tour avec la femme.

Les protagonistes ont été acheminés au poste de police de la Servette pour la suite de la procédure. En ce lieu, l’intéressé s’est prêté au test de l’éthylomètre lequel s’est révélé positif avec un taux de 2 o/oo. Sa compagne s’est également prêtée au test de l’éthylomètre lequel s’est révélé négatif.

La femme, une ressortissante française de 1966 a expliqué aux policiers que son concubin l’a forcée à venir à Genève. Lors du trajet, celui-ci circulait au volant du véhicule à grande vitesse sur l’autoroute et lui a dit qu’il allait la tuer. Par la suite, il a percuté une glissière de sécurité à plusieurs reprises, sur les deux flancs. Tout ceci, sur le territoire français. Son concubin a également heurté un trottoir avec sa voiture, ce qui a fait crever les deux pneus du côté gauche.

L’intéressé quant à lui explique l’état de la carrosserie de sa voiture ainsi que la crevaison des deux pneus résultent d’un choc contre les barrières de sécurité sur l’autoroute française en direction d’Aix-les-Bains. Il estime sa vitesse sur l’autoroute française à 140 km/h.

Vu ce qui précède, l’intéressé a été mis à disposition du Ministère public.

Quelle: kapoGE

Die Kommentarfunktion ist geschlossen.